Le Sport Hippique

Le Sport hippique rassemble sous sa coupe toutes les courses de chevaux montées ou attelées.

Un peu d’Histoire

· Dès l’antiquité, le Sport hippique est roi. En Grèce on pratique aussi bien les courses montées ou attelées, tandis qu’à Rome on préfère nettement les courses attelées, les fameuses courses de chars.

· Les courses de chevaux tombent en désuétude en occident suite à la montée du christianisme, mais perdurent jusqu’à la fin du XIIe siècle à Byzance.

· Les rois de France et d’Angleterre se disputent la paternité de la rénovation des courses hippiques au XVIIe siècle, mais il semble que Louis XIV tienne la corde.

· Les hippodromes se multiplient aux XVIII et XIXe siècles, et le Sport hippique est clairement le sport numéro 1 à cette période sur les deux rives de la Manche.

Les courses hippiques

On distingue plusieurs types d’épreuves dans les courses hippiques.

Les épreuves de trot   :

  •  Le Trot attelé  :  Un sulky est attelé à l’arrière du cheval. Le driver est donc assis sur le sulky tracté par le cheval. Dans ce type de course, le cheval doit donc trotter le plus vite possible pour rallier le poteau d’arrivée le premier, mais il ne doit en aucun cas se mettre au galop, sous peine de disqualification. Le départ se prend de deux manières : soit derrière l’autostart, soit en faisant une volte. L’autostart est une voiture équipée à l’arrière de deux barrières (une à gauche, l’autre à droite du véhicule). Sur ces barrières, on retrouve les numéros des chevaux, qui doivent donc se positionner derrière. Le n°1 est à la corde, le n°9 à l’extérieur, et les numéros 10 à 18 sont placés sur une seconde ligne. Le n°1 se retrouve donc à la corde, mais risque d’être enfermé par les autres concurrents, alors que le n°18 a le double désavantage d’être en seconde ligne et à l’extérieur, ce qui l’oblige à faire un effort qu’il risque de payer dans la dernière ligne droite. L’autostart roule à vitesse réduite, et lorsque tous les chevaux sont en position et trottent derrière lui, il accélère pour les libérer et lancer ainsi la course. La volte est une particularité française. Les concurrents connaissent leur place (le n°1 à la corde, le 18 à l’extérieur), et les drivers doivent partir de façon synchronisée (sinon c’est un faux-départ). Le principe est de partir perpendiculairement à la piste, et lorsqu’on estime que tout le monde est à sa place, on fait faire un quart de tour au cheval pour se lancer sur la piste. L’épreuve-reine du trot attelé est le Prix d’Amérique.

  •  Le Trot monté   :  Le trot monté est peu répandu dans le monde. On le retrouve essentiellement en France et en Belgique. Dans ce type d’épreuve, le jockey est assis directement sur le cheval qui est sellé. Il y a deux façons de monter : la monte dite traditionnelle, et la monte en avant (le jockey se colle le plus près possible de la tête du cheval). Le principe de la course est d’atteindre le poteau d’arrivée le premier, tout en restant au trot. Si le cheval se met au galop, il est disqualifié. Les temps réalisés au trot monté sont moins bons que ceux du trot attelé. L’épreuve-reine du trot monté est le Prix de Cornulier.

  • Les épreuves de Galop   :  –  Le plat  –  Les haies  –  Le Steeple-Chase  –   Le Cross-Country

Les Hippodromes  :   Un hippodrome est un endroit dévolu aux courses de chevaux. Les premiers hippodromes datent de l’Antiquité. On les appelle des cirques et ils étaient dédiés aux courses de chars. Le plus fameux d’entre eux est le Circus Maximus de Rome. Le dernier des grands hippodromes de l’antiquité est celui de Byzance qui resta en activité jusqu’à la prise de la ville par les Latins le 12 avril 1204. Les courses de chevaux perdurent de la fin de Moyen-Âge aux débuts de l’ère moderne en France, en Italie et en Angleterre principalement, mais les premières courses de chevaux modernes se tiennent à Paris le 15 mai 1651 en présence de Louis XIV et du futur Charles II d’Angleterre. Il faut toutefois attendre le 20 avril 1776 pour assister à l’inauguration du premier hippodrome permanent à Paris dans la plaine des Sablons (Neuilly). Les hippodromes permanents se multiplient au XIXe siècle, tout d’abord en France, en Italie et en Angleterre. Les paris Les courses hippiques sont l’objet de paris. Ils sont gérés soit par des sociétés privées, soit par des sociétés contrôlées par l’Etat, selon les pays. · En France : le PMU Les paris sont très surveillés et règlementés, afin d’éviter toute fraude, mais aussi pour éviter des problèmes médicaux comme le jeu pathologique.

Réalisation de sol équestre echovégétal
Où trouver l’équipement équestre dont vous avez besoin ?