Concours saut d’obstacles : les règles

Nombreux sont les jeux et concours d’équitation organisés en toutes saisons, dont le saut d’obstacles. Il s’agit d’une discipline qui met les compétiteurs au défi de parcourir et sauter des barres, servant d’obstacles, en un temps record. Cela vous tente ? Voici les règles que vous devez connaître.

Le terrain de concours et les obstacles

Avant de se lancer dans un tel challenge, il s’avère primordial de connaître le terrain sur lequel le jeu se déroule. Un concours saut d’obstacles doit toujours s’effectuer dans un terrain clôturé. Le sol de celui-ci doit également correspondre à son utilité. Précisément, le revêtement ne doit être ni glissant ni piquant, avec des morceaux de pierres par exemple. Quant aux obstacles, leur nombre peut varier selon la compétition. En général, il y a 8 barres à sauter, mais le nombre peut arriver jusqu’à une douzaine en fonction de la compétition. Il faut également préciser qu’ils peuvent prendre différentes formes ; les barres peuvent être horizontales ou croisées, ou munie de flaque d’eau.

Quelles conditions pour y participer ?

Si toute personne aimant les chevaux peut faire de l’équitation, il faut savoir que faire une compétition de saut d’obstacles n’est pas fait pour tout le monde. Quelques règles doivent être suivies, pour ne citer que l’obligation de disposer d’une licence. Celle-ci doit par conséquent bien correspondre à l’épreuve souhaitée. A titre d’exemple, pour un concours de catégorie As Poney 1 ou Élite, le compétiteur doit disposer d’une licence Pro et avoir un niveau de compétition CSO ou de Galop 6 de cavalier. Et bien sûr, il est possible pour un amateur de participer avec une licence Amateur.

Les règles du jeu

Voici maintenant le jour du concours saut d’obstacles. A partir de là, le timing et la vitesse ne doivent plus être négligés. En effet, le but est de terminer tous les obstacles du parcours le plus rapidement possible. Le chronomètre est lancé une fois que le cheval franchit la ligne du départ. A titre d’information, une vitesse minimum est requise pour chaque type d’épreuve. Aussi, aucun obstacle ne doit ni être touché, ni tomber durant le parcours, pour éviter d’avoir des points de pénalisation. De même, aucune patte ne doit se trouver dans l’eau. Il est impératif de sauter les obstacles et non de les contourner. Pour finir, c’est l’équipe qui aura terminé le parcours sans faille, tout en étant le plus rapide qui remporte la victoire.

L’Equicoaching peut-il contribuer au développement professionnel ?
3 figures de dressage emblématiques