3 figures de dressage emblématiques

Les passionnés de dressage comparent cette discipline à une sorte d’art équestre. Le but est de développer harmonieusement le corps du cheval en le rendant calme et soumis aux ordres du cavalier tout au long des exercices. Le dressage tire son origine de l’équitation classique traditionnelle.

Mettre en valeur son cheval

Lors d’un concours de dressage, l’objectif du cavalier est de placer son cheval de manière optimale et d’exploiter pleinement son potentiel de mouvement. Les figures de dressage sont multiples et même si vous êtes novice dans la discipline vous avez probablement déjà entendu parler de croupade, de pirouette, d’appuyer, de piaffer, de pas espagnol qui sont des attitudes emblématiques pour un cheval de dressage. Une figure de dressage réussie se caractérise par la franchise et la régularité des allures, l’harmonie et la légèreté des mouvements du cheval et de son cavalier, l’engagement des postérieurs et la position rigoureusement droite du cheval tout au long du déroulement d’une séance ou d’une épreuve de dressage.

La nécessité de bien contrôler son corps chez le cavalier de dressage

Le dressage est une discipline équestre olympique et lors d’une épreuve, cheval et cavalier peuvent être amenés à réaliser une vingtaine de figures de dressage aux trois allures, pas, trot, galop qui donne l’impression que le cheval danse littéralement sur la piste. Les aides du cavalier sont les mains, les jambes et l’assiette avec le poids du corps. Elles donnent une aisance hors pair au couple. Le cheval donne l’impression de se manier lui-même, il est attentif et confiant et se livre généreusement à son cavalier. Les figures de dressage sont un spectacle unique et l’esthétique des mouvements qui s’en dégagent montre bien que pratiquer cette discipline, c’est prouver que l’on maîtrise son cheval à la perfection et que le couple cheval et cavalier fonctionne en parfaite harmonie.

Placer le cheval en position optimale

Le dressage est une discipline équestre qui exige de longues séances d’entrainement à un rythme très régulier. La mise en valeur du couple cheval et cavalier ne s’obtient pas du jour au lendemain et il faut enchaîner les figures avant d’atteindre la perfection. Quand on n’est pas cavalier soi-même on a souvent du mal à imaginer la difficulté que représente la pratique de cette discipline équestre et le travail des cavaliers qui participent aux épreuves de dressage. L’attitude du cheval dans la mise en main dépend du modèle et du degré de son dressage.

L’Equicoaching peut-il contribuer au développement professionnel ?
3 choses à savoir sur les courses d’endurance