3 choses à savoir sur les courses d’endurance

Si vous aimez monter à cheval en forêt, à travers les champs, les sentiers de campagne et toutes sortes d’autres sentiers, l’endurance est une discipline équestre que vous pourriez apprécier. Mais comment fonctionne une course d’endurance ? Comment participer à une course ? Comment préparer un cheval ?

Finir une course c’est gagner

Le but d’une course d’endurance est que le cheval parfaitement entraîne termine sa course en bonne condition physique. Avant de participer à une course d’endurance équestre le cavalier ou son entraîneur doit veiller à donner au cheval l’entrainement et la résistance nécessaire pour qu’il soit en état de préparation physique optimale. C’est au cavalier de gérer le potentiel du cheval du début jusqu’à la fin de la course. Faire d’un cheval un « coureur de fond » n’est pas le fruit de quelques jours de travail, mais d’une longue période de préparation en fonction de la distance de course que vous allez courir. Les courses d’endurance peuvent être classées en quatre grandes catégories : les courses d’initiation de 20 à 40 km (âge minimum du cheval 5 ans), les courses de 40 à 60 km (âge minimum du cheval 6 ans) les course de 60 à 8okm  (âge minimum du cheval 6 ans) et les courses d’endurance de longue distance de 80 à 160km (âge minimum du cheval 7 ans).

Principe de cette pratique sportive

L’endurance équestre n’est en fait rien d’autre qu’une course de fond à cheval, sachant que c’est au cavalier de gérer le potentiel du cheval pour que celui-ci ne se fatigue pas inutilement et tienne la distance. Le couple doit parcourir un circuit balisé en pleine nature qui se présente sous forme de plusieurs étapes où le cheval subit à l’arrivée un contrôle vétérinaire (battements cardiaques et  contrôle métabolique) pour vérifier que l’état de santé du cheval lui permette de reprendre le départ pour l’étape suivante.

Cheval éliminé ou qualifié

En endurance, ce n’est pas forcément le cheval qui rentre en premier qui aura gagné la course. Pour gagner, être qualifié, il faut que le cheval ait des battements cardiaques très bas et qu’il soit le moins fatigué possible. En endurance équestre, ce sont les chevaux de sang, en particulier les pur-sang arabes qui réussissent le mieux dans cette discipline. Mais les chevaux de toutes races peuvent participer à une course d’endurance. Préparation physique, entrainement en aérobie et travail régulier sont les maîtres mots pour réussir dans cette discipline équestre.

 

L’Equicoaching peut-il contribuer au développement professionnel ?
3 figures de dressage emblématiques